22 nov. 2013

Ouga Bouga (Cocktail Games) : un jeu avec des sons venus d’ailleurs !

La Sauterelle Tactile est toujours aussi étonnée quand elle repense à la vitesse à laquelle Ouga Bouga a été adopté. Utilisé dans le cadre d'exercices de prononciation et du langage oral, ce jeu a immédiatement plu à son utilisateur (surprenant l’accompagnateur au passage) parce qu’il permet de travailler de multiples sons de manière drôle et atypique !


Ouga Bouga vous transporte à la cérémonie d’un clan préhistorique pour désigner le futur chef. L’objectif est de répéter correctement les sons et  les gestes qui s’accumulent dans le bon ordre.

Dans la règle classique chacun reçoit trois cartes qu’il ne regarde pas. Le premier joueur retourne une de ses cartes la pose au centre la table, la verbalise et désigne le joueur suivant en criant « ha » et en le pointant du doigt. Le défi est lancé ! Le second joueur doit retourner à son tour une de ses cartes et la superposer sur la première carte, prononcer les deux sons et à son tour désigner un autre joueur en criant « ha ». La partie se poursuit jusqu’à ce que quelqu’un se trompe. Si c’est le cas, le joueur dans l’erreur est pénalisé en recevant des cartes qu’il devra jouer. Le but du jeu est d’amasser le moins de cartes possibles.

La variante junior permet de montrer les illustrations afin de permettre au joueur de se souvenir de l’ordre des cartes.

Ce qui a séduit la Sauterelle Tactile dans ce jeu c’était la possibilité de travailler de nombreux sons difficiles de manière ludique par exemple « gr » « tr » « y » « gl » « sk » et l’enchainement de deux syllabes identiques ou différentes. L’alternance avec des cartes où il faut tirer la langue, taper dans ses mains ou taper sur la table est positive car elle permet de s’amuser. C’est un jeu vivant où il faut donner de la voix, parfait pour travailler de manière détournée la prononciation.


La Sauterelle Tactile utilise ce jeu de plusieurs manières en plus de la règle classique. Parfois on l’utilise comme un Memory, la présence des cartes en plusieurs exemplaires le permet. L’utilisateur doit alors verbaliser l’onomatopée ou le mot préhistorique.
Ouga Bouga peut également être utilisé comme un « cri de guerre ». La Sauterelle Tactile s’explique : on prend toutes les cartes, on les met en tas et chacun à son tour on pioche et on verbalise la carte jusqu’à ce qu’il n’y en est plus. Pour un petit challenge il faut aller de plus en plus vite. C’est très libérateur !

Une petite précision, la Sauterelle Tactile explique bien à l’utilisateur au préalable que les mots ne correspondent pas aux images de la carte. On s’amuse aussi à nommer les illustrations par exemple, un utilisateur peut dire « dindon glou » ou « cheval kana ». Ce n’est pas très gênant mais doit être expliqué pour éviter toute confusion. A un moment, il faut bien reprendre la machine à remonter le temps et revenir au présent en laissant la préhistoire à sa place !

La Sauterelle Tactile salue l’humour des auteurs Daniel Quodbach et Bony tant par le jeu que dans les règles et les remercie pour ce jeu hors du temps et hors des conventions !




1 commentaire:

  1. Content que ça vous plaise :)
    Merci à vous ;)

    Daniel QUODBACH, l'auteur d'Ouga Bouga

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire. C'est toujours un plaisir de lire vos impressions sur les applications numériques, les jeux éducatifs et les ouvrages que La Sauterelle Tactile aime. Si vous souhaitez nous contacter directement, remplissez le formulaire de contact présent sur la barre latérale droite.
La Sauterelle Tactile vous souhaite une excellente journée!